Le régime alimentaire du gnou

La pelouse du voisin est toujours plus verte

gnou queue blanche 2Pendant ses migrations les gnous suivent l’humidité qui indiquent de nouvelles herbes fraîches, la migration est longue car c’est le temps qu’il faut laisser à la plante pour repousser entièrement, de plus, la migration des gnous est dû à l’augmentation du sel dans l’eau ce qui pousse les gnous à trouver une eau plus saine. Des études démontrent que les gnous ont également besoin de minéraux tels que le cuivre, le zinc, le calcium, le magnésium, le potassium et le sodium. Ces minéraux semblerait aider la femelle pendant sa grossesse, la femelle appelée maroufle et les petits, les gaous.

Petits mais robustes

Représentants des proies faciles, les gaous savent tout de même courir trois minutes après leur naissance. Vivant dans la savane , le gnou est généralement la proie des lions, des léopards, et des crocodiles mais le gnou reste un animal robuste et vigoureux car étant rapide et agile, il peut être redoutable surtout grâce à ses cornes.

De vrais tondeuses

En tant qu’herbivore, les gnous se nourrissent essentiellement d’herbe, appelé andropogon ou plus communément appelé « herbe à gnou ». C’est une plante qui peut être aussi haute que l’animal lui-même et qui résiste comme elle peut au climat d’Afrique. Sa couleur composé de vert et de bleu se modifie pour devenir jaune vers la fin de l’été et pourpre à l’automne. Elle ne demande que très peu d’eau, ce qui convient à l’animal car le gnou peut résister plus de cinq jours sans boire.
L’animal n’est pas en voie de disparition, néanmoins sa source de vie l’est car l’andropogon se fait rare.
Pour terminer, la spécificité du gnou est qu’il est un grand amoureux de la nature, en effet, la « tonte rase » qu’effectue l’animal à un effet bénéfique sur l’herbe qui a besoin d’être entretenue ainsi, ce qui diminue considérablement le risque d’incendie.